La Chemise, making of 2

 In couture

La chemise Les Basiques d'Emilie

Comment je travaille, avec quels outils, quelles matières, dans quelle ambiance. Je vous invite à rentrer dans mon atelier. Vous entendez le bruissement du tissu, le tactactac de la machine à coudre et les neurones qui chauffent ?

 

La Chemise le travail technique

La chemise Les Basiques d'Emilie

Dans le précédent article Making of, je vous parlais du processus de création pour La Chemise, dans la collection les Basiques d’Emilie aux Editions La Plage. Cette fois, je vous fais faire un petit pas de côté, pour parler outils, un peu chiffon (mais nous y reviendrons plus longuement dans un prochain article), musique et podcast.

 

Les bons outils


Je suis très ordonnée et je prends soin de mes outils, un héritage de mes parents et grands-parents qui ont toujours fait de leurs mains et pris soin de leur matériel. Et on n’est jamais aussi efficace que munis des bons outils.

La chemise Les Basiques d'Emilie

Mon grand-père était relieur d’art, et il avait un atelier fantastique dans la cave de la maison où mon Papa a grandi. Tous les outils étaient très bien rangés, il savait toujours parfaitement où se trouvait tel ou tel papier et rangeait toujours le soir en quittant son lieu de création. J’ai la chance de l’avoir souvent vu à l’ouvrage, il m’a même appris les rudiments quand j’étais petite, et pour mon plus grand bonheur, cela a laissé des traces !

La chemise Les Basiques d'Emilie

Ciseaux de coupe, épingles, mètre ruban, règles, perroquet, coussin de tailleur, fil et aiguille, sans oublier les machines à coudre. Tout est important, et comme je le dis souvent à mes élèves pendant les ateliers de couture que j’anime, en couture (comme dans beaucoup d’autres domaines), chaque étape compte. Il faut être précis de la découpe du patron à la couture du dernier ourlet. Ce plaisir de bien faire pour un beau résultat m’apporte une grande satisfaction, et d’autant plus de plaisir à porter les pièces.

 

Les boutonnières


Pour les boutonnières, je voulais vous parler de ce petit outil ouvre boutonnière. Qui n’a pas déjà découpé une boutonnière à cause d’un découd vite un peu trop lourdement utilisé ?

Ouvre boutonniere

J’ai acheté cet ouvre boutonnière à la Maison de la Couture, et je l’adore. Il est beau, avec son manche en bois, et fait parfaitement son office sans risque de ruiner mon travail.

La chemise Les Basiques d'Emilie

Et vous, avec quoi ouvrez-vous vos boutonnières ? Avez-vous déjà eu quelques déboires ?

 

Les tissus et les boutons


Si vous me suivez depuis un moment, vous savez à quel point les matières et leurs origines sont importantes pour moi. Je couds uniquement des textiles biologiques certifiés. Moins mais mieux, comme le nombre de pièce que je couds.
Parce que nous sommes très engagés dans notre vie personnelle et familiale depuis bientôt 15 ans, il était essentiel pour moi d’appliquer mes engagements et ma façon de vivre à mon vestiaire. Au-delà du seul intérêt pour ma santé de poser sur ma peau des textiles inoffensifs, c’est aussi un engagement fort vis-à-vis d’un mode de consommation et d’usage durable et respectueux de la terre et des hommes.

La chemise Les Basiques d'Emilie

Je travaille depuis le début des Basiques avec Aurélie, de Fil Etik. Son engagement, ses valeurs, sa gentillesse et son enthousiasme pour les projets les plus fous rendent chacune de nos collaborations plus agréables, et ont fait naître une belle amitié. Vous pouvez retrouver ici une Rencontre avec Aurélie.

C’est important de travailler avec des personnes qui partagent la même vision des choses que moi. C’est donc tout naturellement que pour les boutons de la Chemise, j’ai demandé à Cécile, d’Atelier Camelir. Une Chemise n’est rien sans ses boutons ! Ceux de Cécile sont tellement beaux et délicats. Vous retrouvez ici une interview de Cécile, et une petite visite dans son atelier.

 

Alimenter la création avec des podcasts inspirants et de la musique dans les oreilles


Quand je patronne ou que je fais les finitions à la main, j’aime écouter des podcasts, toutes les émissions que je n’ai pas le temps d’écouter en live. J’ai des émissions fétiches sur France Culture (De cause à effets, Soft Power, la série LSD ou Les Pieds sur Terre) et des podcasts que j’aime beaucoup (La Poudre, Le Sapping, Nouveau Modèle je pourrais vous en citer beaucoup d’autres), sans oublier parfois La Grande Librairie en fond sonore. Mais quand je suis derrière la machine à coudre, j’ai un peu plus de mal à suivre avec le bruit que je fais. En général je passe alors à la musique.

La chemise Les Basiques d'Emilie

Mes goûts sont plutôt éclectiques. Je suis de 1979, j’ai passé mes années de jeune adulte avec les Smashine pumpkins, Radiohead Eels ou Ben Harper perpétuellement dans les oreilles. Mes parents écoutaient beaucoup de musique, et ils nous ont initiés à Nina Simone, Aretha Franklin, Simone and Garfunkel ou Leonard Cohen.  J’écoute aussi des chanteurs plus récents comme Tom Rosenthal ou the Milk Carton Kids, mais aussi de la musique électronique que j’ai appris à apprécier grâce à mon homme.
Je suis bon publique comme pour le cinéma et la littérature, tant que cela nourrit mon imaginaire et ma créativité.

Et vous vous écoutez quoi quand vous cousez ? J’attends vos recommandations !

Dans un prochain article, je vais aborder la question des tissus que vous pouvez utiliser pour coudre la Chemise. Nous aurons alors plus ou moins fait le tour de la question. Ce sera alors à vous de jouer, de vous approprier ce patron et de me montrer vos créations !

 

Recommended Posts
Showing 2 comments
  • Solenne
    Répondre

    Elles sont très belels ces photos, et je te rejoins sur le choix des boutons, c’est le petit plus qui peut transformer un vêtement. (j’avoue que je n’ai jamais aimé les manteaux longs croisés fermés par une simple ceinture, ça me donne l’impression qu’il s’agit d’une robe de chambre. Alors qu’en ajoutant quelques boutons, ça change tout!)
    Je n’ai pas un si bel outil pour ouvrir mes boutonnières, il me fait penser à un ciseau à bois (mais je ne crois pas que mon Ours de mari soit d’accord pour me prêter les siens…). Je me contente d’un découd-vite et d’une épingle piquée en fin de course pour éviter d’ouvrir trop loin. Il n’y a rien de plus rageant que d’avoir fini son ouvrage et de rater ses boutonnières!

    • emilie
      Répondre

      Coucou Solenne,
      Merci pour ton commentaire. Tu as raison, l’ouvre boutonnière fait penser à un ciseau à bois. L’astuce de l’épingle en fin de course pour éviter de tout découper est effectivement très utile !
      à bientôt

Leave a Comment

0

Tapez ce que vous recherchez et appuyez sur la touche Entrée

La chemise Les basiques d'Emilie