Fil Etik : rencontre avec sa créatrice

Fil Etik est une très belle entreprise créée et portée par Aurélie Stezycki.  Je ne me souviens plus par quel heureux hasard je suis tombée sur le site de Fil Etik au printemps 2016. J’ai tout de suite été séduite par la sélection de tissu, mais aussi par la démarche d’Aurélie. Aurélie déniche des tissus tendances et intemporels qui répondent à des exigences écologiques et éthiques strictes. Fil Etik s’est donné la mission de promouvoir une couture plus durable en proposant une alternative textile. Sa sélection pointue de tissus biologiques est issue de fabricants, d’éditeurs français engagés comme les tissus d’Amandine Cha, de déstockage de créateurs qui contribuent à la mode de demain mais aussi de sa propre collection, comme le matelassé en coton biologique, tricoté et teint en France, un classique à la fois chic et moderne.

Fil Etik

Aurélie dans son atelier, Le Local à Bons-en Chablais.

Après quelques échanges de mails, j’ai proposé à Aurélie de travailler avec moi sur les prochains livres que m’avait confiés mon éditrice. Travailler sur des basiques était pour moi indissociable d’un textile écologique et durable, et j’ai tout de suite eu très envie de collaborer avec Aurélie. Le choix d’un tissu est primordial dans la réussite d’un projet de couture, et l’œil professionnel d’Aurélie me semblait un vrai gage de qualité.

Nous nous sommes rencontrées lors de La Grande Mercerie en novembre 2016. Je lui ai exposé les projets qui s’affinaient de mon côté, et nous avons commencé à réfléchir aux tissus pertinents pour chaque patron.

Au printemps 2017, je me suis rendue à Thonon, dans les locaux de Fil Etik. Nous avons passé une après-midi et une soirée à toucher les étoffes, juger du tombé de tel ou tel tissu pour chaque patron. Un vrai bonheur. Les conseils d’Aurélie étaient toujours avisés, et son recul sur les modèles a permis d’aller vers des tissus que je n’aurais pas forcément choisis de prime abord, mais qui conviennent exactement aux patrons.

Aurélie a accepté de répondre à quelques questions. Dans nos métiers, le résultat est indissociable de la créatrice, de l’entrepreneuse qui se cache derrière son activité. Aurélie est une belle personne, pleine de conviction, d’idées et de volonté d’agir, à sa manière, pour une mode durable et cohérente.

Je vous laisse en bonne compagnie…

Fil Etik

Aurélie, peux-tu raconter les débuts de Fil Etik ?

Fil Etik est née de ma passion pour les étoffes et la couture. C’est aussi une histoire de partage avec ma mère. Lorsque j’étais petite, nous adorions créer des choses ensemble, décorations de Noël et de Pâques, la cuisine et le tricot (c’était une tricoteuse hors pair !). Et puis, nous avons décidé de retrouver ces moments privilégiés qui n’appartenaient qu’à nous, en apprenant une nouvelle discipline : la couture. C’était il y a 10 ans et dès lors nous n’avons plus jamais arrêté.

Je me suis rapidement posé des questions sur les matières que je travaillais, la composition, la traçabilité et les réponses que j’ai obtenues (lorsque l’on m’en donnait, ce qui était assez rare) ne m’ont pas satisfaite. Bien que je ne cautionnais plus les conditions de travail désastreuses des ateliers de confections dans les pays en développement par une autre démarche qu’est le cousu main;  je me questionnais sur l’amont. Que se passe-t-il durant tout le processus de production de la matière ? Et c’était tout aussi scandaleux. D’un point de vue environnemental bien sûr, mais aussi humain. Ma passion n’était plus en adéquation avec mes convictions et c’était un problème.

Le projet a mûri dans ma tête, je voulais créer un espace exclusivement dédié à la couture responsable et engagée, avec des matières écologiques et pour lesquelles nous aurions toute la traçabilité, de la fibre, à l’impression textile finale car l’empreinte carbone est aussi primordiale pour que les couturières et couturiers puissent faire un choix éclairé. Autodidacte, je me suis formée à l’univers du textile. J’ai ficelé mon projet avec des recherches pointues, avec l’aide de rencontres précieuses d’experts du milieu et des acteurs du textile durable. Les rencontres qui se sont parfois transformées en vraies amitiés. Fil Etik est née fin décembre 2014 avec la création de sa boutique en ligne. J’ai créé une entreprise qui me ressemble dont l’objectif est de promouvoir le textile écologique en offrant des alternatives pour toutes les envies de couture.

Fil Etik

Comment est venue l’idée du financement participatif ?

L’entreprenariat est une aventure hors du commun, mais ce n’est pas une chose aisée. J’avais besoin d’un coup de pouce financier afin de me constituer un stock de démarrage, mais aussi de ‘tester’ mon projet auprès du public. Je suis convaincue par l’économie collaborative. Ces valeurs me correspondent et j’ai l’impression que nous évoluons en ce sens. C’est donc naturellement que j’ai pensé au financement participatif. C’est assez fou de recevoir des dons et de merveilleux messages d’encouragements de la part de personnes que l’on ne connaît pas, mais qui croient en vous. Le succès de la campagne m’a conforté dans mes choix. Cela m’a donné confiance, je me suis lancée, et je travaille aujourd’hui dans le domaine de ma passion en étant en accord avec mes convictions, c’est une réelle chance.

Fil Etik

Est-ce que tu sens un changement dans les habitudes de consommation des couturières et couturiers ?

Oui, je le remarque de plus en plus. Je pense que l’on est aux prémices d’une prise de conscience qu’une autre forme de consommation textile est possible.

Les couturières et couturiers sont certainement plus en avance sur cette réflexion car elles et ils chérissent les étoffes qu’ils travaillent. Pour eux, il est donc important, qu’elles soient propres, pour l’environnement, pour les Hommes qui les produisent mais aussi pour eux-mêmes.

En effet, la couture, est déjà en soi, une forme de consommation textile plus raisonnée, car on prend le temps de réfléchir à sa garde-robe et de la coudre, ce qui va complètement à l’encontre de la mode jetable. Le vêtement devient une pièce unique confectionnée avec des matières éthiques et écologiques, auquel on a réfléchi et que l’on a adaptées à sa morphologie, il traversera le temps et les modes. La couture prend tout son sens.

Fil Etik

Comment choisis-tu tes tissus, d’où viennent-ils ?

Au fil de mes rencontres, avec des éditeurs, des fabricants, français et européen certifiés. Je choisis mes fournisseurs pour la garantie qu’ils offrent d’une agriculture biologique et de critères sociaux et environnementaux stricts sur toute la chaîne de production. Ainsi, pour tous les tissus que je propose, je m’assure de leur complète traçabilité, de la fibre, en passant par la filature, le tissage et/ou le tricotage, jusqu’aux ennoblissements textiles finaux (apprêts, teinture et/ou impression textile). Il est important qu’entre la culture de la fibre et la couturière et/ou le couturier, le chemin parcourut soit le plus court possible. Évidemment, je les choisis aussi en fonction de mes goûts esthétiques !

J’ai fait le choix d’un approvisionnement français et européen pour des soucis d’empreinte carbone et par conséquent, je vends seulement en Europe, c’est un choix. Je n’ai pas envie que mes tissus fassent le tour du monde, cela ne serait pas cohérent.

Une partie de mon assortiment est issu de « récup’ de tissus écologiques » comme j’aime à l’appeler. C’est en fait du déstockage auprès de créateurs ou de jeunes marques de prêt-à-porter certifiées qui se sont engagés pour une mode durable. Dans mon travail, je suis amenée à rencontrer ces créateurs qui partagent mes valeurs. Leurs contraintes font qu’ils se retrouvent parfois avec des fins de rouleaux. Ce sont des tissus que j’aime travailler car ils ont chacun leur propre histoire, celle du talent et des convictions de leurs créateurs, qui ont choisi une production écologique, et souvent française. Rendre disponible ces matières déjà produites et déjà écologiques, et qu’ils trouvent une seconde vie entre les doigts de mes couturières et couturiers est une grande source de satisfaction. C’est pour moi un cercle vertueux écologique.

Fil Etik

Peux-tu nous raconter la genèse de ton matelassé ?

Ce fut une rencontre avec un tricoteur français qui proposait une partie de sa production en coton biologique. Une démarche écoresponsable, une qualité française, il ne m’en fallait pas plus pour développer une gamme dans mes propres coloris, je marche beaucoup au feeling. J’avais envie d’un intemporel, de douceur, et d’un tissu qui convienne à toute la famille. Il peut devenir une petite veste chic pour femme, un sweat ou un pantalon de jogging pour hommes, femmes ou enfant, mais il est aussi idéal pour la layette, une turbulette par exemple. De plus, les chutes de matelassé bio ayant servi à la confection d’une pièce adulte peuvent devenir un petit gilet tout doux pour un bébé ! Avec sa belle tenue, le matelassé bio sera idéal pour les accessoires. En somme, je trouve qu’il est totalement caméléon dans l’utilisation que l’on peut en faire.

Fil Etik

La Jolie Girafe au Local ! Nathalie est venue coudre la Robe Raglan avec nous fin septembre.

Fil Etik a déménagé, peux-tu nous parler un peu du lieu que vous avez investi avec d’autres entrepreneurs ?

Oui, un autre grand projet qui me tenait à cœur, et qui a pris pas mal de mon temps ces derniers mois. J’habite dans une petite ville entourée de montagnes au bord du lac Léman. Personnellement, je suis déjà active bénévolement dans une association au sein d’une ferme bio d’un village voisin, nous promouvons la vie artistique locale et je rêvais que Fil Etik puisse avoir un côté associatif, créer du lien en milieu rural, par le partage des savoirs et des savoir-faire et l’entraide entre jeunes entrepreneurs ‘conscients’. Avec deux autres entrepreneuses qui me sont chères et qui éprouvaient le même besoin, nous avons imaginé et créé ce lieu associatif : Le Local.

C’est un espace de travail partagé qui promeut les initiatives écologiques et l’entraide entre jeunes créateurs. C’est aussi un lieu de vie ouvert au public, dans lequel nous organisons des ateliers créatifs en tout genre, des cours de couture, tricot/crochet et au sein duquel d’autres associations prennent part. Tout ça avec pour objectif de promouvoir un mode de vie plus durable et qui a plus de sens.

Fil Etik y a pris ses quartiers, avec son espace de stockage mais aussi une boutique ouverte tous les vendredis et les premiers samedis du mois. Dans cette boutique, nous accueillons aussi d’autres créateurs locaux pour leur donner une certaine visibilité. C’est un lieu qui ressemble à Fil Etik, qui nous ressemble. Le collectif, c’est une force, à plusieurs, nous pouvons faire de grandes choses, et nous sommes heureux de travailler au quotidien dans un tel lieu, on se sent bien.

Fil Etik

As-tu une préférence pour certaines étoffes pour tes projets personnels ?

Je me tourne de plus en plus vers les mailles, car j’aime être à l’aise dans les vêtements que je porte. Le jersey suit le corps et est vraiment confortable. On peut tout à fait se sentir bien habillée en fonction des modèles et du type de tissu. Je les couds de plus en plus, surtout depuis que nous avons une surjeteuse au Local, je ne peux plus m’en passer !

Fil Etik

Un petit objet fétiche en couture dont tu ne te sépares pas ?

Mon découd-vite ! Je suis perfectionniste et j’adore faire et défaire (si, si, c’est vrai !) pour obtenir le résultat que j’attendais. Depuis que j’ai créé Fil Etik, je trouve difficilement du temps pour coudre pour mes proches ou pour moi, alors lorsque je termine un ouvrage, je suis presque déçue de l’avoir fini ! J’ai comme un sentiment de nostalgie, d’une part, parce que j’y ai pris énormément de plaisir et d’autre part, parce que je sais que je ne me relancerais pas dans un ouvrage avant un moment, faute de temps. J’aime vraiment beaucoup trop prendre mon temps lorsque je couds et je suis très très lente, mais mes cousettes n’en sont que plus uniques ! J’essaye de plus en plus de me ménager des créneaux horaires et de planifier mes envies et projets couture en fonction de mes besoins et des cadeaux que j’ai envie de faire.

 

Aurélie est partenaire de la collection de patron Les Basiques édités chez La Plage, et a tourné avec moi la vidéo Artesane sur la Robe Raglan. Une très chouette collaboration qui apporte une visions très pro sur le textile. Aurélie vous conseille les meilleurs tissus pour réaliser le pantalon classique, le petit cardigan ou la robe raglan.

Articles à lire
Showing 2 comments
  • Perrine
    Répondre

    Quel bel article, on sent que vous aviez tout pour vous entendre et créer de jolis projets. Merci 🙂

    • emilie
      Répondre

      Coucou Perrine, je crois que ça va marcher aussi pour des personnes que je n’ai pas encore rencontrées « en vrai », mais avec qui, semble-t-il, je partage pas mal de choses… Des bises

Laisser un commentaire